• Présentation • Encouragerments • Femmes de la Bible • Société • Famille chrétienne • Vie chrétienne • Témoignages • Etudes/Réflexions •

Accueil
Remonter
S'attendre à Dieu
Le Bon Berger
Intimité
Attention: piège!
L'échec
Rien qu'un mot
Confiance dans l'affliction
Forces renouvelées
La Souffrance
Dans la vallée de l'ombre
L'Eternel est mon Berger
Il me rassure
Le pardon
Le coeur tourné vers Dieu
Regard positif

Le pardon

Il existe une loi implacable....Quand on nous inflige une blessure nous ne pouvons en guérir que par le pardon.( Alan Paton)

Quand l'amertume ronge comme un cancer . Le pardon est une porte, vers la paix et le bonheur; une porte petite, étroite, que l'on ne peut franchir sans se baisser. Une porte difficile à trouver, qui plus est. Mais il est possible d'y arriver, même si l'on doit la chercher très longtemps. Peut-être toi aussi seras-tu conduit jusqu'à la porte du pardon. Mais souviens-toi qu'une fois devant cette porte, toi seul peux l'ouvrir.

Dans Samuel 1; 26, Anne dit: Mon seigneur, pardon! aussi vrai que ton âme vit, mon seigneur, je suis cette femme qui me tenais ici près de toi pour prier l'Eternel

Que signifie exactement "pardonner"? Le pardon n'a de toute évidence que peu de rapport avec la justice humaine qui réclame œil pour œil dent pour dent, ni avec l'excuse qui balaie le problème. La vie n'est jamais juste et foisonne de faits pour lesquels il n'y a pas d'excuse possible

Lorsque nous pardonnons à quelqu'un une erreur ou une blessure intentionnelle nous la reconnaissons comme telle mais au lieu de frapper en retour nous tentons de voir au-delà de l'offense afin de rétablir notre relation avec la personne qui en est responsable. Le pardon ne dissipe pas nécessairement notre souffrance--- que l'autre peut ne pas reconnaître ou accepter---et cependant, il empêche celui qui l'offre d'être happé par la spirale descendante du ressentiment. Il protège aussi de la tentation de décharger sa colère ou sa souffrance sur une tierce personne.

Nous connaissons toutes des personnes amères. Se complaisant dans l'apitoiement sur elles-mêmes et le ressentiment, elles ont une capacité étonnante à se souvenir des détails les plus infimes. Elles peuvent paraître calmes et posées, mais intérieurement, leurs émotions enfouies sont prêtes à éclater.

Du fond de l'abîme, je t'invoque, ô Eternel !

Seigneur, écoute ma voix! Que tes oreilles soient attentives a la voix de mes supplications!

Si tu gardais le souvenir des iniquités, Eternel! Seigneur, qui pourrait subsister?

Mais le pardon se trouve auprès de toi, Afin qu'on te craigne. Psaume 130.1à 4. 

L'amertume

L'amertume est plus qu'une vision négative de la vie. Elle est une puissance destructrice et auto- destructrice. Telle une moisissure dangereuse, elle prolifère dans les replis les plus sombres du cœur humain et se nourrit de toute pensée malveillante ou haineuse qui germe en lui. Et comme un ulcère qu'aggrave l'inquiétude ou une maladie cardiaque qui empire sous l'effet du stress, l'amertume peut devenir débilitante, aussi bien physiquement qu'émotionnellement.

Une maman me donnait son témoignage : "j'ai perdu ma fille dans  un accident; elle nous manquera. Mais je ne porte en moi ni hostilité , ni rancune, ni amertume....La haine ne me rendrait pas ma fille chérie...Ne me demandez pas, je vous en prie, le pourquoi de tout cela...je n'ai pas de réponse.

Mais je sais qu'il y a un sens à ceci. Si je n'avais pas cette conviction , je mettrais fin à mes jours. Ces événements s'inscrivent dans quelque chose qui nous dépassent. Et je sais que ma fille et moi, nous nous reverrons un jour dans le ciel de Gloire!"

Lorsque l'on perd un enfant  c'est  atroce, soit dans un accident de voiture ou une mauvaise chute, ou parfois dans une bagarre, ou si l'on apprend que notre fille a été victime d'un viol ou d'une agression qui a provoqué ! Que sais-je encore!!!! La première réaction c'est de se venger,  d'essayer de connaitre la vérité, de rencontrer l'assassin , le monstre, le lâche qui a fait cela à notre enfant, celui qui à ôter la vie a  ce jeune alors que tout lui souriait!!!

Pour les parents ce sont des larmes, beaucoup de souffrance, chaque personne réagit différemment.

Devant la peine , la douleur, les pleurs, certaines cherchent la rencontre de celui ou de celle qui a provoqué le drame. Il n'y a pas de colère, pas de haine, mais de la compassion, il a commis l'irréparable, il roulait trop vite peut-être l'alcool, la drogue, tout simplement la fatigue, manque de sommeil.

Pas facile à pardonner, mais si nous sommes chrétiennes ayons un esprit généreux,  en pardonnant pardonner nous retrouverons la paix! 

Pardonner c'est libéré son passé, pardonner l'impardonnable, le pardon intérieur pour soi, ne pas garder dans son cœur l'amertume qui peut nous ronger, nous pourrir la vie.

L'amertume? prenons l'exemple d'une corbeille de fruits bien jaunes, bien rouges très attirant mais au milieu il y a un fruit pourri qui risque de contaminer les autres si on ne l'enlève pas. C'est la même chose dans notre cœur si nous ne pardonnons pas si nous gardons le mal enfoui au fond de notre cœur nous n'aurons pas la paix.

Veillez à ce qu’aucune racine d’amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et que plusieurs n’en soient infectés.  Hébreux 12:15

Donne  toi à Dieu toute entière même si cela te semble au dessus de tes forces, Dieu t'aidera, te soutiendra.  2 Corinthiens 12, 10. Car quand je suis faible, c'est alors que je suis fort.

Ceux qui doivent rendre compte de leur geste  seront confrontés à la justice de Dieu,  Nous aurions tort de donner l'impression qu'il faut permettre aux terroristes, plastiqueurs d'aller et venir librement, comme si de rien était! Ne faisons pas justice soi-même.

Mais qu'ils soient ou non jugés ici-bas par un tribunal, je ferai de mon mieux pour manifester mon pardon....Le dernier mot appartient à Dieu.

Sachez donc, hommes frères" sœurs" que c'est par lui que le pardon des péchés vous est annoncé et que quiconque croit est justifié par lui de toutes choses dont vous pouvez être être justifiés par la loi. Actes 13: 38 et 39.

Afin que tu leur ouvres les yeux, pour qu'ils passent des ténèbres à la lumière et de Satan à Dieu, pour qu'ils reçoivent, par la foi en moi, le pardon des péchés et l'héritage avec les sanctifiés. Actes. 26, 18.

La violence fait partie de la vie quotidienne, ce qui vient de ce passer en Amérique,  cette belle ville de Newtown, cette tragédie dans cet établissement scolaire, qui touche le monde entier. Comment vont-ils réagir les parents qui ont perdu 1 ou peut-être 2 enfants? les maris et les enfants de ces enseignantes Comment vont-ils pouvoir un jour oublier, pardonner, l'assassin étant lui même mort? Qu'elle souffrance, ne les oublions pas dans nos prières.  

J'ai bien souvent entendu des gens refuser le pardon à ceux qui le leur demandaient, ou accepter une sorte de compromis, avec des paroles telles que "OK OK", je te pardonne, mais sache que je n'oublierai jamais!

Effectivement, pas facile d'oublier lorsque nous perdons un être cher ou qu'une blessure profonde nous a été infligée.

Dans le passage de l'évangile "le Sermon sur la montagne",  Jésus nous enseigne à aimer nos ennemis, il nous demande, en fait, "de bénir ceux qui nous persécutent" Ce n'est pas là un simple sermon.

Quand cloué sur la Croix, IL adresse à son Père cette supplication pleine de compassion, "Père, pardonne-leur, car il ne savent pas ce qu'ils font" Luc. 23: 34, il met ses propres paroles en pratique.

De même Etienne, le premier martyr chrétien, qui priait, tandis qu'on le lapidait: "Seigneur, ne leur impute pas ce péché."

Beaucoup rejettent un tel état d'esprit, qu'ils considèrent comme de la bêtise autodestructrice.

Comment ouvrir les bras à quelqu'un  qui vous veut du mal ou qui veut  vous tuer? Pourquoi ne pas se défendre? Qui oserait faire une telle demande?

Je devine votre réponse: "Jésus!" lui l'a fait.

Il semblerait qu'aucun commandement de Jésus ne soit plus difficile à suivre que celui d'aimer même nos ennemis.

Certains pensent que c'est absolument impossible. Il est facile, disent-ils, d'aimer ceux qui vous aiment, mais comment aimer ceux qui cherchent, ouvertement ou d'une manière insidieuse, à vous nuire.

Non seulement aimer nos ennemis n'est pas l'injonction pieuse d'un utopiste, mais c'est essentiel pour notre survie. L'amour, jusqu'à celui de nos ennemis, est la clé des solutions aux problèmes de notre monde.

Le Christ n'est pas un idéaliste dépourvu d'esprit pratique, il est un idéaliste pragmatique...

Rendre la haine pour la haine la multiplie, ajoutant de l'obscurité à une nuit déjà dépourvue d'étoiles.

Les ténèbres ne peuvent dissiper les ténèbres, seule la lumière le peut. La haine ne peut dissoudre la haine, seul l'amour le peut, la haine multiplie la haine, la violence multiplie la violence et la brutalité multiplie la brutalité dans une spirale de destruction sans fin.

L'amour est la seule force capable de faire d'un ennemi un ami. L'amour transforme par sa puissance de rédemption.

Nous devons développer et nourrir notre capacité à pardonner. Quiconque est dépourvu d'une telle aptitude est dépourvu de la capacité d'aimer. On ne peut pas même commencer à aimer ses ennemis si l'on n'a pas d'abord compris la nécessité de pardonner, encore et toujours, à ceux qui nous offensent et nous font du mal.

Justice et pardon

La vérité sans amour tue, mais l'amour sans vérité est mensonge:" Eberhard  Arnold"

Année après année; l'injustice se perpétue dans le monde, de là viennent toutes les rancœurs qui s'accumulent, particulièrement chez ceux qui ont été brutalisés ou emprisonnés à tort.

Parmi eux, certains sont comme comme des "zombies".  D'autres, remplis de haine, sont des bombes à retardement prêtes à exploser. Et elles explosent! Malheureusement, de telles protestations violentes blessent en fait les personnes, ainsi que leurs familles, amis, voisins, qu'elles sont supposées venger.

Il ne s'agit pas ici d'une tragédie personnelle, mais celle de la société, elle est comme un mal incontrôlable.

Loin de guérir ces maux de société, le pardon apparaît plutôt et au mieux comme un luxe.

Et pourtant, c'est précisément parce-que de telles injustices se perpétuent que ceux que l'on a déshumanisés doivent pardonner, afin de guérir eux-mêmes de leurs blessures, sans attendre qu'on leur demande pardon. Le pardon peut s'accorder sans qu'il en soit fait la demande.

Je ne veux pas dire par là qu'il faut baisser les bras, oublier les injustices et rentrer gaiement chez soi. Je veux dire ceci: on peut se battre pour retrouver son humanité et pour ses droits civiques sans colère, sans haine et sans amertume.

Plus précisément, le fait de pardonner à ceux qui vous ont brutalisés peut aider ceux-là mêmes à devenir plus humains. Mais il ne s'agit là que d'une partie de la solution. Notre société sait bien que ceux qui commettent des actes de violence ou de meurtre ont besoin de bien plus que d'un pardon si l'on veut les empêcher de recommencer. Ils ont besoin d'être soignés.

Le chemin du pardon est difficile , mais il n'est pas impossible, En nous tournant vers Dieu en répandant son âme (comme l'a fait Anne), nous arrivons à trouver la paix.

Voici ce que nous pouvons dire: la paix que nous cherchons se trouve dans le pardon. Et ceci est vraiment entre nos mains, parce que le pouvoir de pardonner est en nous, et non à l'extérieur.

Quand c'est Dieu que l'on accuse

En général, quand nous parlons de "pardon", nous pensons au désir de cesser d'en vouloir à quelqu'un qui nous a fait du tort. Parfois, cependant, il peut y avoir blessure sans qu'il y ait responsabilité humaine et il nous est impossible d'imputer notre souffrance à qui que ce soit.

Pour celles qui ne croient pas en Dieu, une telle blessure peut provoquer un sentiment diffus d'irritation envers la vie et les mauvais coups qu'elle nous réserve parfois, elle entraîne souvent une réaction de colère contre Dieu. Frustrées de ne pouvoir mettre précisément le doigt sur la raison de notre souffrance, que nous vivons souvent comme injustifiée et non méritée, nous nous révoltons et accusons Dieu. "Comment un Dieu de miséricorde peut-il permettre ça"? Au fil du temps, ce sentiment de frustration peut se transformer en ressentiment, en rage.

J'ai perdu un frère à la suite d'un accident, il avait 15 ans il était apprenti électricien, avec son patron, il était à refaire l'installation électrique dans un grenier, et il y avait une ligne à haute tension qui traînait  et au lieu  de l'enjamber il a prise avec les mains, cela fut fatal, électrocution, les pompiers sont arrivés trop tard pour le réanimer. Ce fut un choc terrible pour mes parents, j'avais 9ans et je m'en souviens très bien de ce douloureux événement

Ma mère en a voulu à Dieu, elle a accusé Dieu , elle ne pouvait pas pardonner ni au patron ni à Dieu, c'était de leur faute, et pendant des années elle a garder cette rancune, cette amertume dans le cœur, qui l'a rongée. Ce n'est que sur la fin de sa vie qu'elle a pu pardonner.

En un sens, il est plus facile (même pour celle qui ne croit pas vraiment en une puissance supérieure  d'accuser Dieu que d'envisager la possibilité qu'il n'y a personne à incriminer. Quand bien même elle n'a pas de cible évidente, la colère est une étape légitime dans le processus d'intégration de nos souffrances. Elle doit être entendue et exprimée si nous voulons la dépasser et trouver l'apaisement.

Il n'empêche qu'il est stérile de persister dans sa colère contre Dieu. Nous pouvons le tenir responsable du mal  qui nous arrive, mais il ne peut pas vraiment nous demander pardon. La seule chose à faire face aux circonstances que nous ne pouvons pas changer alors que nous le voudrions, c'est de les accepter avec grâce. Le plus grand obstacle est parfois l'occasion d'un changement intérieur positif.

Ce n'est qu'avec le temps que nous pouvons voir l'épreuve sous un angle différent, en prenant peu à peu conscience de ce qu'elle nous apporte : l'occasion d'aborder la vie avec plus de souplesse, et de tirer le meilleur d'une situation difficile.

En fin de compte, c'est cette acceptation, qui nous permet de "pardonner" à Dieu. Sans elle, il ne nous reste que notre révolte contre notre sort et notre lutte contre toute croix que nous trouvons injuste d'avoir à porter. Mais avec elle, nous acquérons l'aptitude à voir nos épreuves en relation avec la souffrance des autres, et la force de les supporter

Le cheminement.

Pierre s'approcha de Jésus et lui dit; "Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu'il péchera contre moi? Sera-ce jusqu'à sept fois?

Jésus lui dit: Je ne te dis pas jusqu'à sept fois, mais jusqu'à septante fois sept fois. Matthieu 18.21, 22

Nous avons beaucoup de mal à pardonner, il y a des pourquoi moi? je n'ai rien fait pour que cela m'arrive.

Cette question nous fait souffrir pendant parfois des années, mais si nous voulons survivre avec cette épreuve, il faut renoncer à la colère qui nous ronge!!!Parce que quand un tel sentiment couve sourdement en nous, ça nous détruit et aussi notre entourage.

Pour avancer dans la vie, c'est de pardonner à ceux qui vous ont fait du tort, une fois que vous aurez dépassé ce stade là, vos relations changeront et votre état d'esprit, votre comportement et votre conception de la vie toute entière en seront transformés. Ce dépassement vous donnera une vie meilleure.

En outre, vous découvrirez que quand on pardonne, qu'on est toujours gagnant. On n'y perd rien.

Parce que ce n'est pas un signe de faiblesse que d'aimer quelqu'un qui  nous a fait du mal. C 'est un signe de force.

Il est évident que le chemin qui mène à  la guérison et à l'unité intérieure est différent pour chacun.

Chaque personne avance à son propre rythme, et différentes routes mènent au même but

Certaines puisent en elles la force de pardonner, d'autres trouvent grâce auprès de Dieu leur Père.

Certaines n'arrivent jamais à pardonner complètement et cela reste une souffrance morale qui atteint souvent le physique! Elles n'arrivent pas à lâcher les rancunes, elles gardent tant de colère, tant de haine qu'elles n'arrivent même pas à s'aimer parce qu'elles sont tellement habitées de souffrance inexpliquées qui les empoisonne

jour après jour.

Priez pour pouvoir pardonner, priez pour les autres, priez Dieu pour qu'il aide à devenir celle qui veut que je sois. Prier pour accepter ce que je suis.

C'est un combat, mais un combat auquel nous ne devons pas nous dérober. De toutes façons, le pardon n'est pas quelque chose que l'on décide comme ça, un matin au réveil. Il faut chercher à résoudre notre colère  et notre haine aussi longtemps qu'elles nous habitent et essayer de vivre chaque jour un peu mieux que le jour précédent.

Et pour conclure cette exhortation au pardon, voici la prière enseignée par Jésus :

Notre Père qui es aux cieux! que ton nom soit sanctifié.....Pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés...

Vie de femme chrétienne

Haut de pageÈ

Lire aussi : L'épreuve