Entrée pasteurweb • Introduction • Présentation du site • Sommaire des articles • Dossiers complets • Témoignage

| Page d'accueil |
| Remonter|
Christ dans la Bible
Le mystère de Christ
Christ Fils de Dieu
Christ le Seigneur
Le fils de l'homme
Jésus
Un Sauveur vous est né
Voici Noël
l'avent
Jésus le Sauveur
De l'origine à la croix
La Croix de Christ
Christ crucifié
Le sang de Jésus
Abandonné du Père
La Paque
Christ notre Pâque
Il est ressuscité
Jésus est vivant
Jésus notre Maître
Voir Jésus
Toujours le même
Avec Christ
Christ le Cep
Enracinés en Lui
Le Chef de l'Eglise
La lumière du monde
Sa présence
Jésus et nous
Souper avec Jésus
Jésus à la porte
Le bon berger
Comme un berger
Intercesseur
Intercesseur
Sacrificateur
Jésus-Christ, Roi
Tout en Lui
Le cep et les sarments
Venir à Jésus
Invoquer son Nom

la pâque

Dans l'esprit de la majorité des gens, le mot "pâque" indique la fête catholique célébrée chaque année  à la même époque pour rappeler la résurrection du Seigneur Jésus-Christ, la semaine qui précède étant consacrée à commémorer la passion de Jésus, ses souffrances et sa mort sur la croix.

Cependant, bien avant l'institution de la fête de Pâques "chrétienne", il existe une autre Pâque dont la description est donnée dans la Bible.

La pâque juive

A l'origine, la Pâque est une fête juive, ordonnée par l'Éternel à Israël, en souvenir de la nuit où un agneau fut immolé et son sang appliqué sur les linteaux de la porte de chaque maison des Israélites afin de les protéger de l'ange destructeur qui devait entrer dans les maisons des Égyptiens.

Le mot "pâque" est la traduction latine du mot hébreu "Pessa'h"  qui signifie "passage" avec le sens de "passer outre", "épargner". Il désigne la nuit où l'ange de l'Éternel passa dans les maisons des Égyptiens pour exécuter le jugement de Dieu, dont les Isrélites furent protégé en appliquant les instructions divines.

Moïse appela tous les anciens d’Israël, et leur dit: Allez prendre du bétail pour vos familles, et immolez la Pâque.
Vous prendrez ensuite un bouquet d’hysope, vous le tremperez dans le sang qui sera dans le bassin, et vous toucherez le linteau et les deux poteaux de la porte avec le sang qui sera dans le bassin. Nul de vous ne sortira de sa maison jusqu’au matin.
Quand l’Éternel passera pour frapper l’Égypte, et verra le sang sur le linteau et sur les deux poteaux, l’Eternel passera par-dessus la porte, et il ne permettra pas au destructeur d’entrer dans vos maisons pour frapper. Exode 12

L'ordonnance de la Pâque juive est une loi perpétuelle pour Israël et dans le monde entier les juifs  la célèbrent toujours.

Vous observerez cela comme une loi pour vous et pour vos enfants à perpétuité.
Quand vous serez entrés dans le pays que l’Eternel vous donnera, selon sa promesse, vous observerez cet usage sacré.
Et lorsque vos enfants vous diront: Que signifie pour vous cet usage? Vous répondrez: C’est le sacrifice de Pâque en l’honneur de l’Éternel, qui a passé par-dessus les maisons des enfants d’Israël en Égypte, lorsqu’il frappa l’Egypte et qu’il sauva nos maisons. Le peuple s’inclina et se prosterna.

La pâque "chrétienne"

Ni Jésus, ni ses disciples n'ont institué des jours de fêtes particuliers. Ce n'est qu'au fur et à mesure que des fêtes "chrétiennes" sont apparues quand la religion chrétienne est devenue "institutionnelle" !

La fête religieuse célébrée aujourd'hui par la chrétienté a été instituée par l'empereur Constantin et les évêques catholiques réunis en concile à Nicée en l'année 325.

Il faut noter qu'à cette époque une  fête païenne avait lieu au moment de la pleine lune pour célébrer l'arrivée du  printemps, la renaissance de la nature et des jours plus longs.

Il est troublant de remarquer la ressemblance des  fêtes catholiques avec les traditions, coutumes et fêtes des anciennes fêtes païennes !

Nous observons aussi que le monde s'est approprié les fêtes "chrétiennes" pour en faire des moments de festivités  profanes, sans lien avec la foi en Christ.

Il y a certainement des personnes croyantes pour qui la fête de Pâques a un sens réel. Cependant  le plus grand nombre la vit dans une complète ignorance d'une quelconque réalité spirituelle.

Une histoire de calendrier

Car, de même que Jonas fut trois jours et trois nuits dans le ventre d’un grand poisson, de même le Fils de l’homme sera trois jours et trois nuits dans le sein de la terre. Matthieu 12:40

Le premier jour de la semaine, Marie de Magdala se rendit au sépulcre dès le matin, comme il faisait encore obscur; et elle vit que la pierre était ôtée du sépulcre. Jean 20:1

En lisant ces paroles de l'Évangile, nous remarquons  un décalage sérieux entre ce que la tradition catholique de Pâques et ce qui est écrit dans les évangiles.

En effet si Jésus est mort sur la croix le vendredi après midi vers 15 heures, mis au tombeau  le même soir et ressuscité le dimanche matin, le compte n'y est pas.

Le problème réside dans l'utilisation des calendriers. La tradition catholique utilise le calendrier grégorien tandis que les faits se sont déroulés au temps et dans le pays où Jésus vivait, où il est mort et ressuscité, où était en vigueur le calendrier juif et la pratique des sabbats, hebdomadaires et annuels,  les sabbats ordinaires et les sabbats des fêtes, dont celui de la paque juive qui était un "grand sabbat" qui ne débutait donc pas le vendredi soir à 18 heures, comme les autres sabbats du 7ème jour de la semaine.

Beaucoup d'hypothèses ont été émises à ce sujet, les unes voulant coûte que coûte préserver la tradition "chrétienne", les autres voulant absolument prouver qu'il y eut trois jours et trois nuits entiers entre la mort et la résurrection de Jésus.

La réalité c'est que les évangélistes qui ont raconté la vie et le ministère de Jésus ne se sont pas attardés à donner des détails sur beaucoup de choses et de dates précises.

Alors contentons nous de ce qui est écrit, de ce que Jésus lui-même à dit, sans enter dans des discussion aussi vaines qu'inutiles.

Mais évite les discussions folles, les généalogies, les querelles, les disputes relatives à la loi; car elles sont inutiles et vaines. Tite 3:9

Pratiques païennes

Des pratiques douteuses, dont il est nécessaire de connaître l'origine, accompagnent souvent  les fêtes religieuses. Pâques a ses œufs, ses lapins, ses cloches et ses personnages en chocolats !

Un article du journal La Dépêche  paru le 8 avril 2012, en donne une explication. En voici l'extrait :

Mais pourquoi offre-t-on des œufs, du chocolat et que viennent faire cloches et lapins dans l'histoire ?

1. Une fête religieuse mêlée aux traditions païennes

Dans la religion juive, Pessa'h, la Pâque juive, commémore l'exode des Hébreux hors d'Égypte, emmenés par Moïse. Lors de leur premier repas d'hommes libres, ils ont sacrifié un agneau.

Pour les chrétiens, Pâques est également un des évènements principaux du calendrier, symbolique de la vie après la mort. Ce jour-là, ils célèbrent la résurrection du Christ, après sa crucifixion, le Vendredi saint.

Pâques met également fin à la période de carême, qui dure quarante jours. On retrouve des similitudes avec Pessa'h, notamment l'agneau. Pâques porterait ce nom car selon les Évangiles, la mort du Christ aurait eu lieu pendant la fête de Pessa'h.

On retrouve également Pâques dans les traditions païennes : c'est une période de renouveau, avec l'arrivée du printemps.

2. L'origine des œufs

En chocolat, en sucre, peints ou encore cuits : l'œuf est le symbole de la fête de Pâques. Chez les Égyptiens, les Perses et les Romains notamment, l'œuf est un symbole de vie, que l'on s'offrait au printemps. Plus largement, poules et poussins ont également revêtu la même symbolique.

Au Moyen-âge, il était interdit de manger des œufs pendant le carême. Or les poules de la maison ne s'arrêtaient pas pour autant de pondre ! De là vient la tradition de s'offrir des œufs décorés, avec le surplus. Une tradition qui est encore très présente dans certains pays, comme en Allemagne. Et qui explique également la forme d'œuf que prennent les chocolats.

3. Pourquoi les cloches ou les lapins ?

Depuis plusieurs siècles, il est interdit de sonner les cloches des églises catholiques entre le Jeudi saint et le dimanche de Pâques, en signe de deuil. Une tradition que l'on retrouve notamment en France, en Belgique ou en Italie.

On a alors raconté aux enfants que les cloches allaient se faire bénir par le Pape à Rome. En rentrant, elles viennent carillonner et déposent au passage dans les jardins les fameux œufs en chocolat tant attendus par les enfants.

En Allemagne et dans l'est de la France, c'est un lapin, aux États-Unis un lièvre... On trouve aussi des coucou ou des cigognes : le généreux donateur de chocolat peut prendre d'autres formes.

Le lapin vient d'une tradition païenne germanique : il était l'emblème de la déesse Ost Ara, symbole de fertilité et du printemps.

Édifiant, non ?

Conclusion

Si nous célébrons la fête de Pâques, abstenons-nous de ces pratiques païennes et revenons à l'essentiel, comme l'écrit l'apôtre Paul :

Faites disparaître le vieux levain, afin que vous soyez une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain, car Christ, notre Pâque, a été immolé.
Célébrons donc la fête, non avec du vieux levain, non avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité. 1 Corinthiens 5.7

Léopold Guyot, pasteurweb

Haut de page

Lire aussi : Christ notre pâque