Accueil • Remonter • Présentation • Encouragerments • Société • Famille chrétienne • Vie chrétienne • Témoignages • Etudes/Réflexions

 

Accueil
Remonter
Anne, la prophétesse
Des femmes de foi
Esther
Ruth, la Moabite
Ruth et Boaz
Anne la mère de Samuel
Une mère persévérante
Femme de foi et de prière
Les femmes servent Jésus
La prière de Salomé
Jézabel, la séductrice
La pauvre veuve
Eve, la première femme
Marie Madeleine
Agar ...
La veuve de Sarepta
Trois femmes dans la tourmente

Anne, la mère de Samuel

"Eternel des armées ! daigne regarder l’affliction de ta servante et souviens-toi de moi ." 1 Samuel 1:11

Dans nos vies nous avons toutes quelque chose que Dieu va utiliser pour nous amener à rechercher sa face, à nous tenir dans sa présence,  à nous agenouiller devant Lui .

Pour certaines personnes , il s’agira d’une maladie incurable .

 Il y a quelques années j’ai été clouée sur mon lit , j’ai fais une dépression physique je ne tenais plus sur  les jambes, je ne pouvais pas descendre les escaliers pour aller prendre mes repas et cela a duré environ six mois, le docteur avait diagnostiqué un à deux ans. Pendant ce temps d’immobilité j’ai lue la parole de Dieu, j’ai cherchée sa présence et j’ai passé des moments formidables. J’avais le sentiment très fort que Jésus était là avec moi. Il m’a relevée et j’ai retrouvé mes forces plus rapidement au grand étonnement des docteurs.

A Jésus revienne toute la GLOIRE .  ALLELUIA !

Pour d’autres personnes ce sera des problèmes financiers ou peut-être la perte d’un emploi.  Il  peut y  avoir des difficultés dans le couple ou avec les enfants. Pour d’autres enfin, c’est un rêve brisé, un projet qui n’aboutit pas, Cela nous amène au découragement, à l’impatience qui gagne et que sais-je encore ? Car nos  projets  ne sont pas toujours dans le plan que Dieu a dressé pour nous : "ses projets ne sont pas toujours nos projets". Nous avons besoin du discernement.   Esaïe 55:6-13

Pour Anne , c’était sa stérilité.

Dans la société hébraïque ancienne, c’était un devoir, une obligation morale et une responsabilité pour toute femme de se marier et de concevoir un fils à son mari.

La stérilité était mal jugée, une femme stérile jetait un discrédit sur son mari et sur leur famille respective, les exposant à la honte et aux critiques.

Perpétuer la lignée familiale était une bénédiction, si la conception échouait la femme devait se résoudre au divorce et faire face au rejet de la société.

Anne était consciente de cette dure réalité et elle souffrait dans son cœur. Elle était malheureuse et lorsqu’elle  sortait  elle sentait le regard des femmes et les commérages qui lui faisait mal,  jusqu’aux larmes souvent !

Elle entendait les femmes qui parlaient entre elles "mais quel est donc son péché qui l’a rendue stérile" ?  Elle entendait leur ricanement.

D’autres femmes qui avaient des enfants l'évitaient,  car pour elles le fait qu'elle soit stérile signifiait la "malédiction". Être stérile était considéré comme une désapprobation de Dieu.

Ce qui la faisait encore plus souffrir dans son âme et aggravait son amertume, c'était  que Peninna la deuxième femme d’Elkana, son mari, était mère de  fils et de filles.

"Quant à Peninna, l’autre femme, elle cherchait sans cesse à vexer Anne pour l’humilier de n’avoir pas d’enfant.
Et chaque année, lorsque Anne se rendait au sanctuaire du Seigneur, la même scène se répétait" 1 Samuel 1.6,7

Elkana avait une préférence pour Anne ; elle se savait aimée de son mari, mais cela ne suffisait pas pour soulager sa souffrance morale. Elle se sentait impuissante face à ce problème, et même désespérée,  à certain moment déprimée. Ne pas procréer c’est très difficile  pour une épouse. Dieu l’avait rendue stérile et Dieu seul était en mesure de la rendre féconde.

Il y a un autre cas dans la parole de Dieu, c’est Sarah qui elle aussi était stérile.

Dieu avait fait à Abraham et Sarah la promesse que malgré qu’ils étaient avancés en âge Il leur donnerait un fils, un héritier, une lignée , une famille aussi nombreuse que les étoiles dans le ciel.  

Après de longues années  d’attente, Sarah décida d’offrir sa servante, Agar, à son mari , afin que celle-ci porte l’enfant à sa place. Au lieu de venir à Dieu dans son impuissance et d’attendre l’accomplissement de la promesse, elle a opté pour une solution plutôt étrange. Ce fut certainement une décision difficile,  sans doute des luttes intérieures, des tourments, une remise en question, avant de faire cette proposition à son mari et à sa servante.  Cependant ce n'était pas le plan de Dieu, qui intervint plus tard en guérissant Sarah et en lui donnant Isaac.

Anne, n’a pas voulu régler son problème elle-même, comme Sarah avait essayé de le faire. Elle s’est rendue au temple de l’Eternel et a répandu son âme devant Dieu.

Nous lisons dans le livre de Samuel, au chapitre 1:12-15 :

"Anne a versé des pleurs avec « l’amertume dans l’âme » et a fait un vœu .  Eternel des armées ! si tu daignes regarder l’affliction de ta servante, et si tu donnes à ta servante un fils , je le consacrerai à  l’Eternel pour tous les jours de sa vie, et le rasoir ne passera point sur sa tête."

Anne était consciente de son impuissance pour changer sa situation.  Cependant, elle connaissait Dieu, elle avait une entière confiance en Lui. Seul Il pouvait l’aider, Il est plein de compassion envers ceux qui se tournent vers Lui.

Anne a appelé l’Eternel afin qu’Il Lui vienne en aide !

Elle désirait tellement avoir un enfant, certain jour elle déprimait tant elle était désespérée

"Chaque année, Elkana , Anne et Penina accompagnés des enfants de cette dernière, faisait le voyage de Ramathaïm-Tsophim,  ils montaient de leur ville et rejoignaient   Silo pour se prosterner devant l’Eternel des armées et pour Lui offrir des sacrifices, cela se répétait tous les ans , et à chaque fois que la scène se reproduisait pour Anne , sa rivale lui prodiguait les mortifications, la  ridiculisait,  à cause de sa stérilité.  cela lui était  de plus en plus difficilement insupportable., elle avait les larmes qui lui coulaient sur les joues et avait du mal à les retenir.

Elkana, son mari était attentif car il l’aimait, il lui avait donné une portion double, elle ne mangea point ; Et son mari lui dit pourquoi pleures-tu ? et ne manges-tu pas ? pourquoi ton cœur est-il attristé ?est-ce que je ne vaux pas plus que dix fils ?"

Toutes ces paroles et ces questions la faisaient souffrir encore davantage, elle ne pouvait plus supporter cette situation, c’était trop dur !

Toute la famille était réunie autour de la table, tout le monde était joyeux , une fois le repas terminé, peut-être que Peninna était  assise dans un coin en train d’allaiter le petit dernier et Elkana s’amusait  avec les plus grands. Anne devait éprouver  un sentiment profond de solitude au milieu d’eux. Elle se sentait comme une étrangère dans sa propre famille.  Elle avait le cœur brisé, elle désirait tant serrer un enfant à elle dans ses bras !

Alors elle se leva et elle partit se  réfugier dans le temple. C’est là en tête à tête avec son Dieu qu’elle se sent  paisible, et là, elle  répand son âme. Lui seul peut combler le vide qu’elle ressent, Lui seul peut la réconforter. 

Anne restait longtemps en prière devant l’Eternel, elle répandait son âme , elle parlait dans son cœur et ne faisait que remuer ses lèvres mais on entendait point sa voix. Eli  pensa qu’elle était ivre.

Pendant qu’elle priait ainsi, parlant dans son cœur , sans qu'aucune parole ne sorte de sa bouche, Eli qui se trouvait dans le temple l’observait  et il crut qu’elle était ivre ! Sa réflexion était certainement de se dire : "une femme ivre il n’y a rien de pire! Ce n’est vraiment pas un beau spectacle !" Et il lui dit : "Jusques à quand seras-tu dans l’ivresse ? Fais passer ton vin."

Anne fut blessée par cette parole,  elle  qui n’avait pas mangé ni pris de boisson au cours du repas !

Elle lui répondit : "non mon seigneur je suis une femme qui souffre en son cœur , je répandais mon âme devant l’Eternel.  C’est la douleur et le chagrin  qui m’a fait parler jusque là, je suis malheureuse, je voudrais tant être mère moi aussi"

 Eli, sûrement confus d’avoir eu un mauvais jugement à l’égard de Anne, lui adressa une parole pour la réconforter.

"Va en paix et que le Dieu d’Israël exauce la prière que tu lui as adressée". 1 Samuel 1:17

Surprise et encouragée par cette parole douce, elle répondit : "Que ta servante trouve grâce à tes yeux !"

Elle s ‘en alla , elle mangea, son visage était plus lumineux, son cœur était paisible.

Le lendemain ils se levèrent de bon matin, et après s’être prosternés devant l’Eternel, ils reprirent le chemin pour s’en retourner dans leur maison à Rama.

"Elkana connut Anne sa femme, et l’Eternel se souvint d’elle" 1 Samuel 1:19

Quelque mois après , Anne se trouva enceinte et  donna un fils à son mari. Il se nomma Samuel  signifiant "Dieu a exaucé " car, dit-elle: "je l’ai demandé à l ‘Eternel" .

Elle fut reconnaissante envers l’Eternel et dit encore : "Aussi je veux le prêter à l’Eternel et que toute sa vie  Lui appartienne !"

Ils se prosternèrent et remercièrent l’Eternel car Il a exaucé leur prière.

Parfois Dieu ne répond pas toujours à nos  prières aussi vite que nous le désirons, nous sommes des êtres impatients, et  nous voudrions une réponse immédiate !

Dans ce récit nous voyons que Dieu a laissé Anne stérile de nombreuses années, mais ce n’est pas pour cela que son cœur était fermé. Il a entendu son cri, Il a eu compassion . Il a vu sa détresse, et au moment choisi par Lui, elle s’est trouvée enceinte.

Il en est de même pour toutes celles qui crient à Lui.  Il n’est pas indifférent  envers  ses enfants. Le Seigneur nous aide  à ne pas nous apitoyer sur nous, mais à fixer nos regards sur Lui, qui est le maître de toutes situations, rien ne se fait sans qu’Il le décide !

La prière que nous pouvons Lui adresser !

Père je désire ressembler davantage à Anne qui est pour moi un exemple de fidélité et de patience , crée en moi plus de dépendance de toi, viens à mon secours j’ai tellement besoin de toi chaque jour de ma vie ! Tu es mon secours , mon roc en qui j’espère !

J’aime l’Eternel, car Il entend ma voix, mes supplications ;

Car Il a penché son oreille vers moi ;

Et je l’invoquerai toute ma vie. Psaumes  116 :1, 2)

Amen !

 

Vie de femme chrétienne

 

Haut de pageÈ

 

Lire aussi :