Entrée pasteurweb • Introduction • Présentation du site • Sommaire des articles • Dossiers complets • Témoignage

La sanctification

| Page d'accueil |
| Remonter|
Croire en Dieu
Dieu est le Créateur
Création ou évolution
Le Nom de Dieu
La crainte de Dieu
Aimer Dieu
Aimer ou Craindre Dieu
Dieu, notre Père
Le Père vous aime
Aimer le Père
L'intimité avec Dieu
Dieu parle notre langue
L'amour du Monde
Dieu est bon
Dieu est compatissant
Dieu est fidèle
Le regard de Dieu sur chacun
Le regard de Dieu sur l'Eglise
Le regard de Dieu sur toi et moi
Le regard de Dieu sur le Monde
l'Eternel, mon berger
Le repos de Dieu
Les yeux ouverts
La souveraineté de Dieu
présence active de Dieu
Celui qui peut
La Gloire de Dieu
La demeure de Dieu

La crainte de Dieu

Cette expression se rencontre souvent dans la Bible, Ancien et Nouveau Testament. Elle signifie soit le respect : une criante respectueuse, soit la peur ou la frayeur.

Le passage suivant dans la version de la Bible Segond dit :

La crainte de l’Eternel est le commencement de la sagesse; Tous ceux qui l’observent ont une raison saine. Sa gloire subsiste à jamais. Psaumes 111:10

Une autre traduction écrit :

Le respect du SEIGNEUR est le commencement de la sagesse. Tous ceux qui lui obéissent sont vraiment sages. La louange du SEIGNEUR est pour toujours. Psaumes 111:10

Le mot hébreux dans ce passage est yir’ah  qui signifie respect.

D'autres mots ont un autre sens : paHad = peur, un sentiment produit par l'aspect effrayant d'une personne ou la peur du châtiment à cause d'une faute commise.

Une expression connue l'illustre bien : la peur du gendarme ! Elle se rapporte plus à la peur de la contravention, c'est à dire du châtiment de la faute commise, qu'au respect réel des officiers de gendaremerie. Cela peut-être une crainte salutaire en ce sens qu'elle modère nos excès de conduite sur la route.

Cette même crainte du châtiment peut aussi se ressentir à l'égard  des magistrats et des juges qui sont établis pour faire respecter les lois d'un pays. C'est une crainte légitime. Cependant il est précisé que notre soumission aux autorités doit  être plus un motif de conscience que de crainte :

Ce n’est pas pour une bonne action, c’est pour une mauvaise, que les magistrats sont à redouter. Veux-tu ne pas craindre l’autorité? Fais-le bien, et tu auras son approbation.
Le magistrat est serviteur de Dieu pour ton bien. Mais si tu fais le mal, crains; car ce n’est pas en vain qu’il porte l’épée, étant serviteur de Dieu pour exercer la vengeance et punir celui qui fait le mal.
Il est donc nécessaire d’être soumis, non seulement par crainte de la punition, mais encore par motif de conscience. Romains 13:3-5

Dans le domaine religieux  beaucoup servent leurs dieux par peur de leur colère. Cet état d'esprit se rencontre aussi, hélas, parmi les chrétiens qui vivent souvent dans la crainte du châtiment, plutôt  que dans une relation de foi et d'amour avec Dieu. Dans mon enfance, combien de fois n'ai-je pas entendu cette sentence terrifiante : si tu n'est pas sage, si tu désobéi, tu iras en enfer !

Cependant, ceux qui sont devenus enfants de Dieu, par la foi en Jésus-Christ, découvrent en lui un Père compatissant, bon et miséricordieux. Ils le servent alors par amour, reconnaissance et joie. La "crainte de Dieu" n'est plus la peur ou la frayeur que la sévérité de ses jugements inspire, mais un saint respect pour le Dieu Tout Puissant, très saint, infiniment grand, qui est devenu notre Dieu Sauveur par le don de son Fils bien-aimé.

Dieu reproche aux incrédules de ne pas le craindre, c'est à dire de ne pas lui rendre l'honneur respectueux qui lui est dû.  En général les gens impies méprisent Dieu.

La parole impie du méchant est au fond de son cœur; La crainte de Dieu n’est pas devant ses yeux. Psaumes 36:1

Alors, lorsque les jugements de Dieu s'exercent, les incrédules et les blasphémateurs sont effrayés.

Les rois de la terre, les dignitaires, les chefs militaires, les riches, les puissants, tous, esclaves et hommes libres, allèrent se cacher dans les cavernes et dans les rochers des montagnes. Et ils disaient aux montagnes et aux rochers : Tombez sur nous, cachez–nous de celui qui est assis sur le trône et de la colère de l’agneau,  car le grand jour de leur colère est venu, et qui pourrait tenir debout ?  Apocalypse6:15-17

La révélation du Dieu saint  dans ses jugements est terrible et effrayante pour les impies. Le diable et les anges déchus, qui  le connaissent,  tremblent de frayeur devant Lui

Tu crois qu’il y a un seul Dieu, tu fais bien; les démons le croient aussi, et ils tremblent. Jacques 2:19 

Mais ceux qui aiment le Seigneur et s'efforcent de lui être agréables en pratiquant la justice n'ont pas peur de lui.

La crainte n’est pas dans l’amour, mais l’amour parfait bannit la crainte; car la crainte suppose un châtiment, et celui qui craint n’est pas parfait dans l’amour. 1 Jean 4:18

Tu seras affermie par la justice; Bannis l’inquiétude, car tu n’as rien à craindre, Et la frayeur, car elle   n’approchera pas de toi. Esaïe 54:14

Ces paroles de la Bible, comme beaucoup d'autres, nous enseignent que si nous marchons fidèlement avec Dieu, en l'aimant de tout notre cœur et en pratiquant ce qui est juste, nous serons affermis dans une réelle confiance qui bannira toute peur ou frayeur.

Oh! s’ils avaient toujours ce même cœur pour me craindre et pour observer tous mes commandements, afin qu’ils fussent heureux à jamais, eux et leurs enfants! Deutéronome 5:29

Il y a aussi le saint respect que nous inspire "la correction du Seigneur", car il arrive que notre Père céleste doive nous corriger, selon ce qui est écrit dans l'épitre aux Hébreux :

Vous avez oublié l’exhortation qui vous est adressée comme à des fils: Mon fils, ne méprise pas le châtiment du Seigneur, Et ne perds pas courage lorsqu’il te reprend;

Car le Seigneur châtie celui qu’il aime, Et il frappe de la verge tous ceux qu’il reconnaît pour ses fils.

Supportez le châtiment: c’est comme des fils que Dieu vous traite; car quel est le fils qu’un père ne châtie pas?

Mais si vous êtes exempts du châtiment auquel tous ont part, vous êtes donc des enfants illégitimes, et non des fils.

D’ailleurs, puisque nos pères selon la chair nous ont châtiés, et que nous les avons respectés, ne devons-nous pas à bien plus forte raison nous soumettre au Père des esprits, pour avoir la vie?

Nos pères nous châtiaient pour peu de jours, comme ils le trouvaient bon; mais Dieu nous châtie pour notre bien, afin que nous participions à sa sainteté.

Il est vrai que tout châtiment semble d’abord un sujet de tristesse, et non de joie; mais il produit plus tard pour ceux qui ont été ainsi exercés un fruit paisible de justice.

Fortifiez donc vos mains languissantes Et vos genoux affaiblis;  et suivez avec vos pieds des voies droites, afin que ce qui est boiteux ne dévie pas, mais plutôt se raffermisse.

Nous savons bien que notre vigilance se relâche parfois et  que nous n'avons pas encore atteint "l'amour parfait". C'est pourquoi nous reconnaissons que les corrections de Dieu sont justes et nécessaires. Cependant lorsque nous nous jugeons nous-mêmes et confessons nos fautes, Il nous fait la grâce de nous pardonner. 1 Jean 1

Je disais: Si du moins tu voulais me craindre, Avoir égard à la correction, Ta demeure ne serait pas détruite, Tous les châtiments dont je t’ai menacée n’arriveraient pas; Mais ils se sont hâtés de pervertir toutes leurs actions. Sophonie 3:7 

Le respect

Nous vivons une époque d'irrespect généralisé et cela se ressent jusque dans l'Eglise.  C'est le temps dont parle l'apôtre Paul :

Sache que dans les derniers jours surgiront des temps difficiles. Car les gens seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, orgueilleux, blasphémateurs, rebelles envers leurs parents, ingrats, sacrilèges,  insensibles, implacables, médisants, sans maîtrise de soi, cruels, ennemis du bien,  traîtres, emportés, aveuglés par l’orgueil, amis du plaisir plus que de Dieu … 1 Timothée 3:1-5

Certains veulent s'affranchir de toute autorité, des règles du civisme, de la bonne éducation et en général de toute contrainte. Malheureusement, beaucoup de chrétiens se conforment à la mentalité d'une génération incrédule et rebelle, d'un monde sans Dieu.

… fanfarons, orgueilleux, blasphémateurs, rebelles  … La crainte de Dieu n’est pas devant leurs yeux.

Prenons garde d'être contaminés par  la mentalité du monde. Apprenons plutôt  à adopter des sentiments et des comportements respectueux  à l'égard de Dieu notre Père céleste, du  Seigneur Jésus-Christ notre Sauveur et Seigneur et envers le Saint-Esprit, l'Esprit de Dieu présent en nous. Ayons aussi du respect envers dans la famille, les conjoints entre eux et la relation parents enfants, dans la société concernant les autorités civiles, dans l'église à l'égard de ceux et celles qui ont des responsabilités.

Cependant que ce soit dans la société, dans la famille ou dans l'église, ceux à qui nous devons le respect doivent aussi s'en montrer dignes !

Une crainte justifiée

La principale raison qui inspire  une crainte respectueuse envers Dieu est sa sainteté ,

Si vous invoquez comme Père celui qui est saint, conduisez vous avec crainte pendant le temps de votre pèlerinage. 1 Pierre  1 : 14-16

En lisant les Ecritures nous observons que tous les vrais croyants, les prophètes et les hommes de Dieu, auxquels il s'est révélé,  étaient habités par un saint respect à son égard, car ils avaient fait l'expérience de sa grandeur. Ils le connaissaient et l'honoraient comme le Dieu Très Haut.

Dieu est grand et saint. Ce n'est pas parce qu'il nous aime que cela lui enlève la plus pette parcelle de sa  sainteté. Lorsque la Bible parle de la gloire de Dieu, il s'agit de sa sainteté.

C’était l’année où le roi Ozias est mort. Un jour, j’ai eu une vision. Le Seigneur était assis sur un siège royal très élevé. Son vêtement remplissait le temple.

Des anges de feu se tenaient au–dessus de lui. Ils avaient chacun six ailes : deux ailes pour se cacher le visage, deux ailes pour se couvrir le bas du corps, deux ailes pour voler.

Ils criaient l’un à l’autre : « Saint, saint, saint le SEIGNEUR de l’univers ! Sa gloire remplit toute la terre ! »

Leur voix faisait trembler les portes sur leurs gonds, le temple se remplissait de fumée.

Alors j’ai dit : « Malheur à moi ! Je suis perdu ! Je suis un homme aux lèvres impures, j’habite au milieu d’un peuple aux lèvres impures, et mes yeux ont vu le Roi, le SEIGNEUR de l’univers ! »

Mais l’un des anges brillants a volé vers moi. Il tenait dans sa main un charbon brûlant qu’il avait pris avec des pinces sur l’autel.

Il m’a touché la bouche avec ce charbon brûlant et m’a dit : « Maintenant que ce charbon a touché tes lèvres, ta faute est enlevée, ton péché est pardonné. » Esaïe 6.1-7

Le prophète Esaïe a eu la révélation de la gloire de Dieu. Il a vu sa gloire. Jean 12.41

Il est remarquable de voir l'attitude des chérubins, ces créatures célestes glorieuses qui entourent le trône  de Dieu :

·  Deux ailes pour se cacher le visage. Ils ne peuvent supporter l'éclat de la sainteté  de l'Eternel.

·   Deux ailes pour se couvrir le bas du corps.

·   Deux ailes pour voler, pour servir Dieu

·   Leur voix qui crient comme des trompettes la sainteté du Dieu unique, Tout Puissant et Souverain

Nous retrouvons dans d'autres passages de la Bible et notamment dans l'Apocalypse la même attitude de ceux qui entourent ou qui sont devant le trône de Dieu.

Les quatre êtres vivants ont chacun six ailes, et ils sont pleins d’yeux tout autour et au dedans. Jour et nuit, ils ne cessent de dire : Saint, saint, saint est le Seigneur Dieu, le Tout–Puissant, celui qui était, qui est et qui vient 

Et chaque fois que les êtres vivants donnent gloire, honneur et actions de grâces à celui qui est assis sur le trône, à celui qui vit à tout jamais,  les vingt–quatre anciens tombent aux pieds de celui qui est assis sur le trône, se prosternent devant celui qui vit à tout jamais et jettent leurs couronnes devant le trône, en disant :

Tu es digne, notre Seigneur, notre Dieu, de recevoir la gloire, l’honneur et la puissance, car c’est toi qui as tout créé, c’est par ta volonté que tout était et que tout a été créé. ! Apocalypse 4:8-11

Lorsque Dieu se révèle, l'être humain prend conscience à la fois de la grandeur du Seigneur et de sa propre petitesse.

La vraie connaissance de Dieu engendre l'humilité, la repentance, l'adoration et la foi. Plus nous entrons dans l'intimité de Dieu, plus nous devenons respectueux de sa sainte et glorieuse présence, mais aussi confiants en son amour et sa miséricorde.

Puissions nous grandir dans la connaissance du Dieu très saint, le Seigneur du ciel et de la terre et de son Fils Jésus-Christ, afin que notre adoration ait la même inspiration que les créatures célestes et ceux qui ont eu la révélation de sa gloire.

C'est pourquoi, recevant un royaume inébranlable, montrons notre reconnaissance en rendant à Dieu un culte qui lui soit agréable, avec piété et avec crainte. Hébreux 12:28

Haut de page

Lire aussi : Aimer ou craindre Dieu